Penser Valeurs croisées

Le Générateur de problèmes [[[[[ sur le marché des Lices
Distribution de cartes postales du Générateur de problèmes [[[[[ sur le marché des Lices, avril 2008

 

Valeurs croisées aborde des questions complexes, qui traversent le champ artistique, le nourrissent et s'en inspirent, et convoquent d'autres savoirs et d'autres langages.

Aussi, en écho aux œuvres, tout un pan de la manifestation repose sur un regard transversal, porté par des théoriciens de différentes disciplines, mais aussi par le grand public : citoyens, étudiants, scolaires.

 

Le Générateur de problèmes [[[[[

L'équipe Art to be a invité François Deck à imaginer une méthodologie collaborative pour penser Valeurs croisées.

L'artiste-consultant a proposé le Générateur de problèmes [[[[[, une machine conceptuelle qui consiste à énoncer des problèmes pour les diffuser dans l'espace public comme des ressources pour comprendre et transformer le réel.

Le mot problème désigne un espace de questionnement et d'échange. Créer un problème, c'est modeler un paysage de pensée et y inviter l'autre. C'est une résistance à l'inertie face au rouleau compresseur des médias et de la consommation.

En premier lieu, une Cellule de réflexion, composée de personnalités de différentes disciplines, s'est approprié le Générateur de problèmes [[[[[ pour accompagner et prolonger l'expérimentation concrète des artistes par la production de pensée.

Puis ce sont d'autres publics, scolaires, étudiants, citoyens, visiteurs de l'exposition etc. qui sont amenés à s'emparer du Générateur de problèmes [[[[[ pour questionner la création de valeur par le travail.

 

Atelier scolaire Générateur de problèmes [[[[[
Atelier Générateur de problèmes [[[[[ au Couvent des Jacobins avec les élèves de l'Ecole Joseph-Lotte, Rennes, juin 2008

 

Les énoncés ont circulé dans l'espace public grâce à des imprimés (cartes postales distribuées au Marché des Lices à Rennes le samedi), des pochoirs dans la ville, une émission de radio (en collaboration avec Radio Campus Rennes et l'Ecole Joseph-Lotte, avec la complicité des enseignantes Charlotte Peuch et Gwenn Pacotte et de leurs élèves), des conférences, un jeu à activer dans l'exposition au Couvent des jacobins, etc.


Pochoirs Générateur de problèmes [[[[[
Pochoir Générateur de problèmes [[[[[ dans l'espace public à Rennes, juin 2008

 

La Cellule de réflexion


La cellule de réflexion a eu pour mission de faire émerger et de discuter les enjeux complexes soulevés par Valeurs croisées, en s'appuyant sur les propositions artistiques développées dans le cadre de la manifestation, et en particulier sur les SouRCEs : création de valeur par le travail, relation public / privé, intégration possible ou impossible de l'hétérogénéité de l'art, antinomie expérimentation/innovation, pertinence des pratiques d'évaluation, etc.
Elle s'est réunie lors de trois séminaires autour du Générateur de problèmes [[[[[ (7 décembre 2007, 14 mars  et 6 juin 2008) afin d'élaborer des problèmes mettant en perspective les relations complexes entre production artistique et production économique.


Cellule de réflexion décembre 2007


La cellule de réflexion a réuni des personnalités venues de différents horizons. Elle se composait de :

Jean-Pierre Burdin : ancien responsable de la politique culturelle dans une grande organisation syndicale, s'est longtemps attelé à établir un lien entre des artistes, des écrivains, et des travailleurs, avec pour objectif de revaloriser le travail. Il appelle de ses vœux une rencontre entre artistes et salariés pour la construction d'une culture commune.

Maurizio Lazzarato : philosophe-sociologue vivant et travaillant à Paris, il développe une pensée sur le travail immatériel (l'éclatement du salariat, la théorie du travail), la condition actuelle du capitalisme (Les Révolutions du capitalisme, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002) et la théorie de la valeur (Puissance de l'invention, Psychologie économique de Gabriel Tarde, Les Empêcheurs de penser en rond). Il écrit aussi sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d'images. En lien avec le Groupe Knobotic Research il a participé au projet I O_dencies I travail immatériel pour la biennale de Venise et collabore avec Angela Melitopoulos à l'écriture de textes pour des catalogues d'exposition depuis les années 1990.
Par ailleurs, il participe aux actions et aux réflexions des intermittents du spectacle, au sein de la CIP-IdF (Coordination des intermittents et précaires d'Île-de-France) où il conduit une importante « recherche-action » sur leur statut. Il est également l'un des fondateurs de la revue Multitudes dont il est membre du comité de rédaction.

Laurent Jeanpierre : sociologue à l'Institut d'études politiques de Strasbourg (où il est responsable du master "Politique et gestion de la culture"), il a également enseigné les théories de l'art à l'Ecole d'art d'Annecy. Il écrit régulièrement dans les revues Art Press, 02, Particules, Critique, L'Inactuel, dans le Monde et a collaboré à l'ouvrage collectif Fresh Théorie.
Il a été commissaire d'une exposition sur l'usage du langage écrit ou parlé dans les arts plastiques contemporains (Mots d'ordre mots de passe, Espace Paul Ricard, Paris, 2005) et il a récemment conçu et animé pendant plus d'une année un forum internet dédié aux questions urbaines contemporaines, dans le cadre de l'exposition Airs de Paris (2007) du Centre Georges Pompidou. Il vient également de co-organiser des journées de conférences et de performances sur les modes d'expérimentation et les formes de la recherche en art (Experimenta 07, Annecy, novembre 2007) et il s'intéresse, dans la lignée de cette réflexion collective, à la construction possible d'une théorie de l'agir expérimental, dont certaines pratiques artistiques constituent un des points d'appui. C'est principalement cette partie de son travail, en liaison avec la question de l'innovation et de ses conditions, qui pourra être évoquée dans le cadre des Ateliers de Rennes.

Chantal Pontbriand
Critique d'art, vit à Paris et à Montréal. Elle a fondé la revue d'art contemporain PARACHUTE en 1975 et a dirigé les cent-vingt-cinq numéros parus dont les derniers sur les sujets suivants : L'Idée de communauté, Economies, Electrosons, Mouvances de l'image, Autofictions, Anonymat, Démocratie, Ecrans numériques, Résistance, X-Humain (Intelligence artificielle et sciences cognitives), Frontières, Travail, Violence, Mexico, Beyrouth, Shanghai, Sao Paolo et La Havane.
Chantal Pontbriand a été commissaire d'une vingtaine d'expositions et de quinze événements internationaux, principalement dans les champs de la performance, la danse, l'installation multimédias et la photographie. De 1982 à 2003, elle a dirigé le Festival international de nouvelle danse (FIND) à Montréal. Ses essais ont été publiés dans divers ouvrages, revues et catalogues, dont Fragments critiques, Editions Jacqueline Chambon, 1998, et Communauté et gestes, Ed. PARACHUTE, 2000. Elle a de plus dirigé de nombreux laboratoires de discussion et une quinzaine de colloques (Performance, 1980, Danse : langage propre et métissage culturelle, 2001, Sur ma manière de travailler, art et psychanalyse, 2002 - aux Ed. PARACHUTE) . Elle a plusieurs livres en chantiers : Jeff Wall, Yvonne Rainer, L'institution et les pratiques artistiques contemporaines.

François Deck, artiste-consultant

Raphaële Jeune, commissaire des Ateliers de Rennes

Nathalie Travers, coordinatrice générale des Ateliers de Rennes


Le 14 mars, le deuxième séminaire de la cellule de réflexion s'est réuni à Rennes, au 4bis, autour du Générateur de problèmes [[[[[. Les expériences des artistes durant leur séjour ont nourri cette journée, ainsi que la question de l’évaluation. En plus des participants au premier séminaire (7 décembre), étaient présents : Mari Linnman (commissaire adjointe du volet SouRCEs), Marie Reinert (artiste en SouRCE au Conseil Général d'Ille-et-Vilaine), Igor Antic (artiste produisant une œuvre), Armelle Billard (responsable de la communication de Keolis Rennes, entreprise d’accueil SouRCEs de Nadia Lichtig), Patricia Perdrizet (responsable de l’association Un sourire de toi), Gwenn Pacotte (directrice de l’Ecole élémentaire Joseph Lotte, Rennes), Jean-Paul Guidoni, animateur-formateur en créativité.

Le troisième et dernier séminaire de la cellule de réflexion, le 6 juin 2008, a permis de peaufiner une grille d'évaluation des expériences menées dans le cadre de Valeurs croisées, et notamment des sources. A cette occasion, étaient présents outre les membres "permanents", Bob le Bricoleur (artiste participant à l'exposition au titre du collectif Au travail/At work), Manue de Lambert (médiatrice dans le cadre du projet SouRCEs du collectif courants faibles), Liliane Viala (artiste fondatrice du collectif courants faibles), Mari Linnman (commissaire adjointe du volet SouRCEs, responsable de l'association 3-ca, Paris), David Ciencai et Stéphanie Chiffaudel (étudiants à l'Ecole des beaux-arts de Rennes), et des salariés des Archives départementales (Conseil Général d'Ille-et-Vilaine), structure ayant accueilli Marie Reinert dans le cadre d'un SouRCE. Ce questionnaire est publié dans le catalogue de la manifestation.

 

Le résultat de ce travail a été rendu public lors d'un symposium le samedi 7 juin 2008, ainsi que dans le catalogue de la manifestation auquel chaque membre de la cellule de réflexion a contribué.