Oreet Ashery

1966, Israël ; vit et travaille à Londres


Ayant passé son enfance à Jérusalem, Oreet Ashery se tourne vers l’activisme, un engagement qui se lit dans son travail artistique, qu’il s’agisse de ses films, photographies, performances, ateliers, écrits ou compositions musicales. Ici, l’installation vidéo Revisiting Genesis (2016–en cours) s’émancipe du lieu et du temps de l’exposition pour prendre également la forme d’une web série de douze épisodes en accès libre sur internet. Dans un décor d’un blanc immaculé, les épisodes de fiction-documentaire s’articulent autour de deux infirmières nommées Jackie qui assistent des personnes préparant leur décès en créant leur héritage digital grâce à des diaporamas biographiques. Les amis de Genesis, une artiste sur le point de disparaître, déjà à peine visible à l’écran, s’organisent pour l’accompagner. Son diaporama, incorporant des éléments biographiques d’O. Ashery, est l’occasion d’un examen de la perte de l’État-providence et de ses structures sociales et éducatives dans notre contexte néolibéral. La disparition de Genesis, semble être au final, celle des structures dont elle dépendait. Sa mort, symbolique ou physique, est l’occasion pour les personnages de se demander : Dans quel régime d’attention et de soin vivons-nous ? Que deviendront nos existences en ligne après notre mort ?
O. Ashery mêle à la fiction créée autour de Genesis des séquences documentaires dans lesquelles elle interviewe des artistes et des individus souffrant·e·s de réelles pathologies. Ils évoquent avec humour et bizarrerie des inquiétudes profondément personnelles, en décalage des logiques consuméristes et médiatiques des nouvelles industries du deuil, qui, il y a peu, relevaient encore de la sphère familiale. Au fil des épisodes, certaines figures de femmes artistes disparues, comme la sculptrice anglaise Dora Gordine et la chanteuse Amy Winehouse, viennent visiter Genesis. Leur réincarnation ne pose pas tant la question de leur mort que celle de leur disparition de leur vivant, contraintes dans leurs carrières artistiques par l’influence d’hommes, maris ou producteurs.

Musée des beaux-arts de Rennes

Revisiting Genesis, 2016 – en cours

Installation vidéo, web série de 12 épisodes (95 minutes)

Courtesy de l’artiste.
Avec le soutien de Fluxus Art Projects.
Commission Stanley Picker Gallery, London