background image

Eva Barto

(France), née en 1987, vit et travaille à Paris

Eva Barto fait une analogie entre l’art et le trafic : des circulations,souterraines et parallèles au monde de la marchandise, d’objets auxquels une communauté spécifique prête une certaine valeur, invisible à d’autres. De la même manière qu’un trafiquant déploie des trésors d’inventivité pour dissimuler ce qu’il achemine, Eva Barto contrarie les horizons d’attentes qui peuvent trop facilement s’instaurer entre les différentes instances de la relation artistique : auteur, objet, spectateur. Elle complexifie les modes d’accès à ses objets, les dévalue, rend leur présence incertaine. Une attitude intranquille, qui l’amène à interroger les paramètres de production et de réception de l’art, dont ses contextes économiques, la production de valeur, le statut et le rôle de l’artiste.

Eva Barto a exposé à l’IFAL (Mexico), à La BF15 (Lyon), à Primo Piano (Paris) et en 2016 à la galerie Marcelle Alix (Paris), à Level One, Gb Agency (Paris), à la Galerie des Cyprès de la Villa Arson (Nice). Elle a présenté un ouvrage à Museum on/off au Centre Pompidou (Paris).