Jorge Queiroz


(Portugal), né en 1966, vit et travaille à Lisbonne

Jorge Queiroz a longtemps dessiné avant de commencer la pratique de peinture qu’il développe aujourd’hui. Celle-ci hérite de certains traits issus de ses dessins quasi automatiques, où des figures, dignes du bestiaire de Jérôme Bosch, surgissent de taches aléatoires, apparaissent sans jamais se fixer nettement, restent à l’état liquide. La jubilation est le mot qui vient à l’esprit devant la liberté avec laquelle Jorge Queiroz construit des espaces de pure imagination, les peuple de figures, ne fige rien mais maintient une perpétuelle dynamique, un flux continu de couleur et de fantaisie. Ses espaces produisent leurs propres lois, n’obéissent pas à la gravité, ni ne sont soumis à la perspective ou à la cohérence d’échelle. La figure du dessinateur au travail apparaît dans ses tableaux de manière récurrente, geste humoristique d’inscription de l’auteur à l’intérieur de sa propre fabrique d’imaginaire.

Jorge Queiroz a exposé au Musée de la ville de Lisbonne, à la Fondation Carmona e Costa (Lisbonne), au musée Serralves (Porto) et à la Künstlerhaus Bethanien (Berlin). Il a également participé à la 50e biennale de Venise, à la 16e biennale de São Paolo et à des expositions collectives au Centre Pompidou et au Palais de Tokyo à Paris.

Sélection d'œuvres,

Jorge Queiroz réalise pour Incorporated! un nouvel ensemble de huit peintures intitulé Different Trains. Ce titre, inspiré de l’œuvre du compositeur Steve Reich, semble créer une analogie entre la série des tableaux de Jorge Queiroz et une structure musicale, rythmique, comme celle de la musique répétitive fondée sur la récurrence des motifs. Mais c’est avant tout à des images suggérées par ces « différents trains » que se réfère Jorge Queiroz : le tableau comme fenêtre ici se met en mouvement, propose une perception floutée, brouillée, produite par la rêverie davantage que par la représentation.

Avec le soutien de la Fondation Calouste Gulbenkian, Lisbonne